Événements

Mongolie

Événements Mongolie

La Mongolie est un pays où l'on peut encore aujourd'hui apprécier la culture nomade et la relation de ses habitants avec les chevaux, source de richesse et centre de la culture mongole. Le cheval fait partie de l'une des fêtes populaires du pays. Découvrez-la et emportez avec vous un morceau de l'histoire mongole.

Le festival Naadam : religion, sport et folklore

La fête la plus importante en Mongolie est sans aucun doute celle du Naadam, qui est également célébrée dans la région autonome de la Mongolie-Intérieure en Chine. Le festival a été déclaré patrimoine culturel immatériel par l'UNESCO et s'articule autour de trois piliers : les courses de chevaux, la lutte mongole et le tir à l'arc.

Origine du Naadam

C'est au XVIIe siècle que les trois sports clés ont commencé à être pratiqués après l'achèvement des rituels bouddhistes qui constituaient la partie la plus importante du Naadam. En 1697, les jeux étaient dédiés au chef du bouddhisme tibétain Jebtsundamba Khutukhtu et depuis lors, le festival a pris de l'ampleur et est devenu ce qu'il est aujourd'hui. 

Bien qu'au départ le Naadam n'avait de date finale pour sa célébration, après l'indépendance de la Mongolie de l'empire Quing au début du XXe siècle, le festival a commencé à être célébré lors du dernier mois de l'été selon le calendrier lunaire. 

Mais l'évolution du festival ne s'est pas arrêtée là. Son symbolisme a changé après la révolution communiste de 1921. Le calendrier lunaire a été banni et le Naadam a eu lieu à partir du 11 juillet. Il est devenu une fête nationale et depuis lors, la victoire de la révolution était commémorée et les dirigeants communistes étaient honorés. 

Aujourd'hui, le poids politique de cette fête populaire a disparu et, à Naadam, c'est redevenu une manifestation folklorique. Le début du festival est diffusé à la télévision et comprend un grand spectacle avec des performances musicales, de la danse et des représentations de sites historiques.

En quoi constite le Naadam d'aujourd'hui

De nos jours, en plus des concerts, des spectacles de danse et des représentations historiques, le Naadam fait revivre la compétition sportive dans les trois disciplines de base : les courses de chevaux, le tir à l'arc et la lutte mongole. Bien que le plus important des festivals populaires de Mongolie soit célébré dans tout le pays, l'endroit où vous pouvez en profiter au mieux est Oulan-Bator.

Tir à l'arc

La compétition de tir à l'arc implique des équipes de dix personnes qui doivent porter des vêtements traditionnels mongols et utiliser l'arc mongol. Il est tiré à une distance de 75 mètres (65 pour les femmes) et le gagnant est celui qui s'approche le plus de la cible. 

Courses de chevaux

Le protagoniste de ces courses est sans aucun doute le cheval. En fait, les cavaliers sont généralement des enfants légers âgés de 10 à 13 ans. Les courses se déroulent dans les prairies mongoles et peuvent atteindre 30 km de long. Pour les préparer, les participants chantent des gingos, ou chants traditionnels.

Lutte mongole

Dans ce type de combat, les participants portent des shorts et un gilet, qui leur permet de s'agripper les uns aux autres. Ils ne peuvent toucher le sol qu'avec les pieds dans les mains et le premier qui tombe perd. Il s'agit d'un type de combat sans durée fixe qui n'était traditionnellement pratiqué que par les hommes, bien qu'il commence maintenant à accueillir les femmes.

Tsagaan Sar ou Nouvel An mongol

Le mois blanc, le premier du printemps, est la date de la deuxième des grandes fêtes populaires en Mongolie. La fin de l'hiver et le début du printemps sont célébrés. Le Tsagaan Sar est célébré à la nouvelle lune à la fin de l'hiver, ce qui signifie que cette fête n'a pas de date fixe.

La veille du Tsagaan Sar, des cultes et des prières festifs sont organisés dans les temples bouddhistes, après quoi les fidèles font des feux de joie et brûlent de petits objets qui ne sont plus nécessaires et qui symbolisent les tristes moments de l'année précédente. Ensuite, la coutume est de rendre visite aux amis et à la famille, de leur souhaiter une bonne année et de leur offrir des cadeaux. 

De plus, pendant le Tsagaan Sar, on mange des plats typiques, on chante des chansons et on organise des compétitions sportives.

Les réunions de famille ont lieu dans la maison du membre le plus âgé de la famille et ils portent généralement les costumes typiques de la Mongolie, qui sont renouvelés à chaque Tsagaan Sar car la tradition du pays est d'accueillir la nouvelle année avec de nouveaux vêtements.

Le Bituun

Le Bituun est organisé en petits groupes familiaux à la veille de Tsagaan Sar. Ce jour-là, ils allument des bougies sur l'autel familial. Les bougies symbolisent la lumière de la route. En les allumant, la famille tient les khadags, des tissus longs et colorés. Trois glaçons sont également placés dans le portail. Ainsi, le cheval du dieu Palden Lhamo aura quelque chose à boire, car pendant la nuit ce dieu visite toutes les maisons. Pour finir, on y mange la tsagaa, du riz caillé.

Les célébrations du Bituun sont préparées depuis longtemps, car la croyance mongole veut que la nouvelle année soit accueillie avec toutes les tâches accomplies et tous les comptes réglés.

La Bouriatie

C'est le troisième jour du Sar de Tsagaan et la date à laquelle le Grand Sacrifice est fait. Ce rituel lié au chamanisme est effectué dans la cour de chaque maison. On prépare une table avec neuf bols d'eau et d'encens et la nuit, on allume un feu dont la fumée s'élève vers le ciel en guise d'offrande. C'est ainsi que les sept étoiles ou les sept anciens sont vénérés.

Les chamans accomplissent le même rituel, mais pour rendre sacrée l'eau des bols, ils y placent des miroirs. Ensuite, ils se lavent avec cette eau et se protègent et se purifient ainsi. Les lamas tibétains organisent également une célébration similaire.

Inscrivez vous à notre newsletter