Comment célèbre-t-on la fin de l’année dans le monde ? 6 célébrations différentes

Comment célèbre-t-on la fin de l’année dans le monde

En Espagne, la Saint-Sylvestre va de pair avec les cotillons, les sous-vêtements rouges et, bien sûr, le raisin. Cependant, cette forme de célébration n’est pas partagée dans d’autres régions. De plus, les coutumes sont très différentes d’un pays à l’autre. Nous vous racontons comment la fin de l’année est célébrée dans le monde.

Comment célèbre-t-on la fin de l’année dans le monde

Outre les différences dans la façon dont la fin de l’année est célébrée dans le monde, il faut garder à l’esprit que même la date ne coïncide pas dans tous les pays. Ce qui est célébré ici le 31 décembre, se déroule à une date différente dans d’autres cultures, comme en Chine. En laissant cela de côté, nous vous racontons les différentes façons de célébrer la Saint-Sylvestre dans le monde.

Philippines : des pois partout

Aux Philippines, il existe un plat désigné qui est habituellement mangé pendant cette nuit importante, et qui est aussi partagé par le Japon. Ce sont les nouilles longues, que l’on appelle pancit. Mais ce n’est pas l’aspect le plus frappant quand on se demande comment on célèbre la fin de l’année dans le monde. Ce qui caractérise cette fête aux Philippines, c’est l’utilisation des pois !

Aussi bien sûr les vêtements choisis que dans les accessoires, il doit y avoir des pois. Pourquoi ? Ils symbolisent la richesse. Alors pour l’attirer pendant cette nuit, les Philippines et les Philippins agitent les pièces de monnaie de leurs poches comme un rituel pour attirer la prospérité et l’abondance.

Russie : des boissons pleines de souhaits

Il fait très froid en Russie, on le sait. Et nous savons aussi que l’habitude de boire des boissons alcoolisées est assez courante, car c’est une bonne manière de résister aux températures froides. C’est peut-être la raison pour laquelle elle est également présente à la fin de l’année, même si ce n’est pas l’élément principal.

Là, la tradition invite à écrire les vœux pour l’année à venir sur un papier et de le brûler plus tard. Mais ce n’est pas tout, les cendres sont versées dans une coupe de champagne, et les plus courageux la boivent à minuit.

Danemark : un pays de vaisselle

Il peut être parfois surprenant de se demander comment on célèbre la fin de l’année dans le monde, car les traditions changent beaucoup d’un pays à l’autre. Bien que la tradition de garder les fils et les aiguilles dans les boîtes bleues des biscuits danois soit internationale, au Danemark, il existe une autre coutume tout à fait particulière.

Elle consiste à jeter au sol, mais aussi contre les murs la vaisselle utilisée pour le souper. Cette pratique est déjà vieille de plusieurs siècles, et la signification est que plus il y a de plats cassés, plus il y a d’amis. Un pays dans lequel, comme on le voit, l’amitié a une grande valeur.

Porto Rico : de l’eau pour nettoyer

Bien que l’on parle espagnol à Porto Rico, les coutumes ne sont pas les mêmes qu’en Espagne. De plus, leurs traditions pour la célébration de la fin de l’année n’ont rien à voir avec celles d’aucun autre pays dans le monde.

Dans la nuit du 31 décembre, les familles jettent des seaux entiers d’eau par les fenêtres, mais pourquoi ? Eh bien, pour se débarrasser de tous les problèmes qui sont survenus tout au long de l’année et recommencer à zéro.

Équateur : le papier en tant que protagoniste

L’Équateur est aussi particulier quand on parle de la façon dont la fin de l’année est célébrée dans le monde. Là-bas, ils ne se vantent pas d’une seule, mais de deux pratiques traditionnelles pour cette date. Tout d’abord, le 31e jour, un billet est placé à l’intérieur de la chaussure et il faut le laisser là toute la journée et toute la nuit. Le lendemain matin, il est placé dans le portefeuille, où il restera toute l’année. C’est une façon d’attirer la richesse.

Une autre tradition ancestrale a aussi un rôle important. Mais dans ce cas, sous la forme d’une poupée de 10 mètres de haut. Elle est faite de bois et de pétards, qui aident à la brûler pour célébrer le début de la nouvelle année. En Argentine et en Uruguay, le feu est aussi une tradition.

Inde : la lumière pour attirer les déesses

L’Inde est l’un des pays qui se distancie le plus du reste du monde quand on se demande comment on célèbre la fin de l’année dans le monde. Là, la date ne coïncide pas avec la nôtre, comme nous l’avons dit au début. En Inde, le Nouvel An est célébré avec le festival Diwali, qui a lieu en novembre.

Pendant les jours de fête, les familles nettoient leur maison et lorsqu’elles l’ont fait, elles placent une lampe à l’extérieur. La lumière servira à la déesse Lakshmi, à qui ils dédient des prières, afin qu’elle aperçoive la maison, entre et la bénisse avec beaucoup de chance.

Quelle célébration aimeriez-vous voir cette année ?

Comments are closed.