Journée mondiale des peuples autochtones | Leurs conditions de vie actuelles

Journée mondiale des peuples autochtones

Le 9 août, Journée mondiale des peuples autochtones. Journée de célébration de la première réunion du Groupe de travail des Nations Unies sur les populations autochtones, qui a eu lieu en 1992.

L’Assemblée générale des Nations Unies a décidé que chaque année durant la Décennie internationale des populations autochtones du monde sera célébrée la Journée internationale des populations autochtones, le 9 août.

Richesse historique et ancestrale 

Les peuples autochtones sont les héritiers des coutumes et traditions ancestrales en plus de leur grande diversité linguistique et culturelle. Malgré leur multiculturalisme et leur diversité, la plupart des peuples autochtones partagent de nombreux aspects de leur civilisation et ont en commun des luttes importantes.
 

Malgré la diversité au sein des différents peuples autochtones du monde, la façon d’établir des relations avec leurs territoires et leur environnement constitue une spécificité partagée par la majorité des peuples autochtones de notre territoire. Telle la volonté de préserver leurs formes d’organisation, leurs valeurs culturelles, sociales et économiques qui sont souvent différentes des normes qui prévalent dans les sociétés dans lesquelles ils vivent. Si vous souhaitez suivre les traces ancestrales des Incas.

Nous devons sensibiliser sur leurs conditions de vie

La communauté internationale reconnaît qu’il faut prendre des mesures spéciales pour protéger leurs droits, maintenir leurs cultures et leurs modes de vie. Cette journée internationale des peuples autochtones représente une occasion de sensibiliser à leur situation précaire.

Bien que pluriels, les peuples autochtones partagent des défis similaires au moment de défendre la reconnaissance et la protection de leurs droits fondamentaux. Aujourd’hui les peuples autochtones se trouvent sans doute parmi les populations les plus vulnérables et désavantagées au monde.

Ce sont ces populations et leurs territoires qui ont eu à subir le pire impact d’un modèle de développement qui continue de les déplacer depuis plus de 500 ans, avec pour résultat la perte de leurs terres et de leurs ressources à cause du développement et d’autres pressions. De nombreux peuples autochtones migrent vers les zones urbaines à la recherche d’une vie meilleure, d’une éducation et d’un emploi.  

Situation migratoire et de mobilité en tant que problème d’impact

Ils émigrent également pour échapper aux conflits, à la persécution et aux conséquences du changement climatique. Un grand nombre d’organisations humanitaires, d’organisations à but non lucratif et des services de l’État ont organisé plusieurs programmes pour traiter ces questions de migration et de mobilité primordiales pour les peuples autochtones. Elles centrent leurs activités sur des thèmes liés à l’intégration et à la diversité pour lutter contre toutes les formes de discrimination.

La Journée mondiale des peuples autochtones de 2018 a porté sur la migration et la mobilité des populations autochtones. L’année 2019 sera consacrée aux langues historiquement marginalisées des peuples autochtones de tous les coins du monde. L’objectif de cette initiative est de sensibiliser l’opinion publique sur les risques auxquels sont confrontées ces langues et leur valeur en tant que vecteurs de  culture, les systèmes de connaissances et les modes de vie.

Les peuples autochtones représentent une grande diversité : plus de 5 000 groupes différents dans quelque 90 pays. Chaque langue indigène est fortement liée à sa propre culture. Dans de nombreux cas, ces cultures disparaissent progressivement en raison de l’accaparement des terres, des conflits, des changements climatiques et des projets de développement économique affectant leur mode de vie traditionnel.

Leur langue maternelle synonyme de vecteur de culture

Les influences externes jouent également un rôle important. Les petits garçons et petites filles qui apprennent des langues indigènes de leurs pères, mères, grands-mères ou grands-pères sont de moins en moins nombreux. Cela signifie que souvent seules les générations les plus âgées sont celles qui possèdent la connaissance de la langue, et cela aboutira à l’oubli de la langue.

La plupart des 7 000 langues parlées dans le monde sont considérées comme appartenant à des communautés indigènes. Toutes sont dépositaires et vecteurs de culture, d’histoire, de connaissance, de valeurs et d’identité. Leur perte représente un appauvrissement pour l’humanité tout entière. 

Le grand problème pour les communautés et pour notre humanité est que la transmission de leur langue maternelle aux générations suivantes et aux communautés ne se poursuit pas. Lorsque les langues autochtones disparaissent, une partie intégrante de la culture des peuples autochtones s’éteint avec elles.

2019 année internationale des langues autochtones 

Aussi cette  année la journéee mondiale des peuples autochtones sera consacrée aux langues indigènes, afin de préserver leurs langues, et que les États prennent l’initiative de promulguer des lois et des politiques appropriées pour garantir et protéger leurs droits. Il est également important qu’en tant qu’humanité nous puissions valoriser cette diversité linguistique et permettre ainsi la survie de toutes les langues autochtones.

La population autochtone représente 370 millions de personnes environ, c’est-à-dire plus de 5 % de la population mondiale et, cependant, elles se trouvent parmi les populations les plus défavorisées et vulnérables, elles représentent 15 pour cent des plus pauvres.

Le 9 août, Journée mondiale des peuples autochtones. Journée de célébration de la première réunion du Groupe de travail des Nations Unies sur les populations autochtones, qui a eu lieu en 1992.

L’Assemblée générale des Nations Unies a décidé que chaque année durant la Décennie internationale des populations autochtones du monde sera célébrée la Journée internationale des populations autochtones, le 9 août.

Richesse historique et ancestrale 

Les peuples autochtones sont les héritiers des coutumes et traditions ancestrales en plus de leur grande diversité linguistique et culturelle. Malgré leur multiculturalisme et leur diversité, la plupart des peuples autochtones partagent de nombreux aspects de leur civilisation et ont en commun des luttes importantes.

Malgré la diversité au sein des différents peuples autochtones du monde, la façon d’établir des relations avec leurs territoires et leur environnement constitue une spécificité partagée par la majorité des peuples autochtones de notre territoire. Telle la volonté de préserver leurs formes d’organisation, leurs valeurs culturelles, sociales et économiques qui sont souvent différentes des normes qui prévalent dans les sociétés dans lesquelles ils vivent. Si vous souhaitez suivre les traces ancestrales des Incas.

Nous devons sensibiliser sur leurs conditions de vie

La communauté internationale reconnaît qu’il faut prendre des mesures spéciales pour protéger leurs droits, maintenir leurs cultures et leurs modes de vie. Cette journée internationale des peuples autochtones représente une occasion de sensibiliser à leur situation précaire.

Bien que pluriels, les peuples autochtones partagent des défis similaires au moment de défendre la reconnaissance et la protection de leurs droits fondamentaux. Aujourd’hui les peuples autochtones se trouvent sans doute parmi les populations les plus vulnérables et désavantagées au monde.

Ce sont ces populations et leurs territoires qui ont eu à subir le pire impact d’un modèle de développement qui continue de les déplacer depuis plus de 500 ans, avec pour résultat la perte de leurs terres et de leurs ressources à cause du développement et d’autres pressions. De nombreux peuples autochtones migrent vers les zones urbaines à la recherche d’une vie meilleure, d’une éducation et d’un emploi.  

Situation migratoire et de mobilité en tant que problème d’impact

Ils émigrent également pour échapper aux conflits, à la persécution et aux conséquences du changement climatique. Un grand nombre d’organisations humanitaires, d’organisations à but non lucratif et des services de l’État ont organisé plusieurs programmes pour traiter ces questions de migration et de mobilité primordiales pour les peuples autochtones. Elles centrent leurs activités sur des thèmes liés à l’intégration et à la diversité pour lutter contre toutes les formes de discrimination.

La Journée mondiale des peuples autochtones de 2018 a porté sur la migration et la mobilité des populations autochtones. L’année 2019 sera consacrée aux langues historiquement marginalisées des peuples autochtones de tous les coins du monde. L’objectif de cette initiative est de sensibiliser l’opinion publique sur les risques auxquels sont confrontées ces langues et leur valeur en tant que vecteurs de  culture, les systèmes de connaissances et les modes de vie.

Les peuples autochtones représentent une grande diversité : plus de 5 000 groupes différents dans quelque 90 pays. Chaque langue indigène est fortement liée à sa propre culture. Dans de nombreux cas, ces cultures disparaissent progressivement en raison de l’accaparement des terres, des conflits, des changements climatiques et des projets de développement économique affectant leur mode de vie traditionnel.

Leur langue maternelle synonyme de vecteur de culture

Les influences externes jouent également un rôle important. Les petits garçons et petites filles qui apprennent des langues indigènes de leurs pères, mères, grands-mères ou grands-pères sont de moins en moins nombreux. Cela signifie que souvent seules les générations les plus âgées sont celles qui possèdent la connaissance de la langue, et cela aboutira à l’oubli de la langue.

La plupart des 7 000 langues parlées dans le monde sont considérées comme appartenant à des communautés indigènes. Toutes sont dépositaires et vecteurs de culture, d’histoire, de connaissance, de valeurs et d’identité. Leur perte représente un appauvrissement pour l’humanité tout entière. 

Le grand problème pour les communautés et pour notre humanité est que la transmission de leur langue maternelle aux générations suivantes et aux communautés ne se poursuit pas. Lorsque les langues autochtones disparaissent, une partie intégrante de la culture des peuples autochtones s’éteint avec elles.

2019 année internationale des langues autochtones 

Aussi cette  année la journéee mondiale des peuples autochtones sera consacrée aux langues indigènes, afin de préserver leurs langues, et que les États prennent l’initiative de promulguer des lois et des politiques appropriées pour garantir et protéger leurs droits. Il est également important qu’en tant qu’humanité nous puissions valoriser cette diversité linguistique et permettre ainsi la survie de toutes les langues autochtones.

La population autochtone représente 370 millions de personnes environ, c’est-à-dire plus de 5 % de la population mondiale et, cependant, elles se trouvent parmi les populations les plus défavorisées et vulnérables, elles représentent 15 pour cent des plus pauvres.

Comments are closed.