Les mystères du lac Titicaca dont personne ne vous a jamais parlé

Les mystères du lac Titicaca

Les mystères du lac Titicaca vont bien au-delà de la naissance de l’île du Soleil et de l’Empire inca. Ou plus exactement, ils commencent bien avant, à une époque indéterminée, lorsque les membres de la tribu des Uros, venus de Bolivie, décidèrent de s’installer à la surface de l’eau. Vous voulez savoir comment une telle chose a été possible ?  Continuez votre lecture.

Où se cachent les mystères du lac Titicaca?

Il s’agit du plus grand lac de la planète. Et qui plus est, il se situe à une altitude impressionnante. Si vous êtes amateur de chiffres, sachez que sa surface couvre 8562 km² et qu’il se trouve à une altitude de 3000 m au-dessus du niveau de la mer.

La plus grande partie de cette immense étendue d’eau appartient au Pérou; et un peu moins de la moitié à la Bolivie. Il fait donc office de frontière naturelle. Mais les mystères du lac Titicaca — le puma de pierre — n’ont pas grand-chose à voir avec sa situation géographique. Il existe de multiples légendes qui associent ce lac à la naissance de l’Empire inca. C’est par exemple dans l’île du Soleil que serait né Viracocha, le dieu du Soleil, qui aurait lui-même donné vie à Manco Capac, le fondateur de la fascinante culture inca.

La tribu ancestrale des Uros et les mystères du lac Titicaca

Bien avant que tout cela n’arrive, la tribu des Uros s’était établie à la surface du lac. Son nom complet est tribu Uru-chullini. Elle fut l’une des premières cultures de la région. Il semblerait qu’elle soit originaire de Bolivie centrale, mais à la suite de grandes sécheresses, elle aurait émigré vers la côte entre 900 et 1.200 av. J.-C.

Arrivé là, ce peuple ne pensait pas initialement vivre sur des plateformes flottantes, mais il découvrit bientôt que s’aventurer à la surface du lac lui procurait un certain nombre d’avantages. D’une part, l’abondance de poissons leur offrait un bon moyen de subsistance. D’autre part, cela leur permettait de se préserver des attaques des Incas, des Collas et des Tiahuanacos.

Les Uros vivent toujours sur des îles flottantes, et grâce a eux, nous pouvons maintenant élucider une partie des mystères du lac Titicaca.

Par exemple, comment ces îles peuvent-elles flotter ?

Ces îles sont tressées avec les racines d’une plante aquatique appelée totora. Les racines de cette plante sont plus denses près des rives. Les hommes de la tribu recueillent ces racines, les nettoient de leur terre, et les tressent pour en faire de grandes plateformes qui peuvent durer pendant des années.

L’entretien se fait tous les 20 jours par l’adjonction d’une nouvelle couche de racines à la surface de l’île. De cette façon, les totoras abîmées par l’eau se détachent de l’île qui reste intacte.

Pour que ces îles flottantes ne partent pas à la dérive, on les ancre avec des pieux, des cordes et des pierres. L’ancre est fixée à environ trois mètres de profondeur.

Comment vit-on sur les îles ?

Chacune de ces plateformes flottantes abrite entre cinq et sept familles. Chaque unité familiale collabore à l’entretien de l’île et toutes participent à la chasse et à la pêche. Elles vendent les fruits de ces activités ou les échangent au marché de Puno, au Pérou. Concrètement, la plupart des habitats sur les îles flottantes du lac Titicaca se trouvent dans la baie de Puno. Cela permet également aux touristes qui se rendent sur les îles en quête des mystères du lac Titicaca d’acheter les étoffes brodées de couleurs vives tissées par les Uros dont elles sont une forme d’artisanat péruvien traditionnel.

Le mode de vie de cette communauté est resté quasiment identique, ce qui ne les empêche pas de recourir à certains progrès de la technologie. Ils utilisent par exemple des panneaux solaires pour avoir de l’électricité pendant la nuit. Ils possèdent également des réchauds à gaz qu’ils utilisent à l’intérieur des maisons lorsqu’il pleut. La plupart du temps, ils cuisinent normalement à l’air libre pour ne pas risquer d’endommager leurs plateformes de totoras.

Il est malgré tout certain que les nouvelles générations ont tendance à abandonner la vie sur les plateformes flottantes. Nombreux sont ceux qui étudient ou travaillent à l’extérieur. Il existe donc un risque de voir disparaître cette précieuse culture.

Les enfants des îles flottantes du lac Titicaca sont scolarisés. Ils vont à l’école en bateau. Ils sont parfois conduits par leurs frères aînés, et d’autres fois, ce sont leurs professeurs qui viennent les chercher dans un bateau communautaire.

La Bolivie et le Pérou sont des pays d’une grande richesse culturelle avec de magnifiques paysages. Des merveilles de la nature, comme le Salar de Uyuni, vous permettront de redécouvrir votre moi profond. Ne vous laissez pas intimider par la crainte du mal des hauteurs et osez vous aventurer dans l’Altiplano. Vous y découvrirez des modes de vie dont vous ignoriez l’existence et des lieux dont vous n’aviez même pas osé rêver.

Chez Exoticca, nous serons ravis de vous aider à organiser votre voyage au Pérou et en Bolivie… ou vers toute autre destination. Si vous souhaitez découvrir par vous-même les mystères du lac Titicaca, contactez-nous.

Comments are closed.